Arras Film Festival 2018 : Rencontre avec Gilles de Maistre, réalisateur de « Mia et le lion blanc »

A 14 heures, ce dimanche 04 novembre nous a été présenté au casino d’Arras l’avant première de Mia et le lion blanc réalisé par Gilles de Maistre. Ce long métrage d’une heure et demie a vu le jour après 3 ans de tournage, une éternité dans le monde du cinéma. Il s’agissait là d’un pari artistique osé de Gilles de Maistre, qui est revenu sur les conditions de tournage, et a délivré plusieurs anecdotes.

L’idée de ce film lui est notamment venue après un voyage en Afrique du Sud ,dans une ferme d’élevage, dans laquelle il a appris le triste sort réservé à ces animaux ,une fois revendus.

« C’est en découvrant la chasse aux lions en Afrique du sud mais qui a également lieu dans d’autres pays, que je me suis rendu compte de la gravité de la situation. On lâche des animaux dans des enclos ,uniquement pour le plaisir de les tuer, mais également pour avoir un trophée dans son salon, une véritable tradition en Afrique du sud. »

Ces animaux provenaient de fermes d’élevage qui construisaient leur commerce sur leurs ventes aux chasseurs.

L’histoire de Mia trouve son origine dans un événement fortuit .

« C’est en voyant l’attachement d’un petit garçon avec un lion dans une ferme d’élevage qui je me suis imaginé le jour où il découvrira la vérité sur ces élevages. »

Il informe que les fermes d’élevage se prétendent protectrices de la nature mais qu’en réalité, elles la bafoue.

Le film est réalisé sans truquage. Le réalisateur est parti de l’idée de nouer des liens entre un être humain et un animal sauvage. Leur relation très proche devait, de ce fait, permettre de rendre vraiment réelle la mise en scène. Pour ce faire, Gilles de Maistre a fait appel à Kevin Richardson, un zoologiste reconnu qui a permis d’entretenir un lien fort entre les deux héros de ce long métrage.

Aussi, l’actrice jouant l’héroïne Mia n’a pas été la seule à se lier avec l’animal car celui qui joue son frère Mick a dû faire de même.

« Si la jeune actrice n’avait plus voulu poursuivre le tournage, l’acteur jouant le rôle de Mick aurait pris le rôle principal et le scénario aurait donc été modifié. »

Seul Mia et Mick pouvaient approcher le lion « Charlie » de très près car les scénaristes et les cameramen n’ayant pas ce lien affectif avec l’animal auraient été rejetés et mis en danger.

Ce film soutient vraiment les associations de défense des animaux, et ensemble militent contre la chasse ,qui est malheureusement légale en Afrique du sud.

« Notre environnement, notre nature, les animaux qui nous entourent, ne méritent pas d’être détruits. On n’a pas le droit de se sentir supérieurs ou de se dire propriétaires de ces animaux. D’ailleurs, tous les lions qui ont tourné dans ce film ont été sortis de fermes d’élevage; sans ce tournage, aujourd’hui, ils seraient morts. »

Gilles de Maistre a tenu à vivre cette première projection avec son public.

« C’est génial de voir cela avec des enfants, qu’ils posent des questions, de les voir réagir et rigoler. C’est évidemment le meilleur public. »

En définitive, cette longue attente dûe à la volonté de perfectionner le film n’a pas fait peur à ce réalisateur, contrairement à d’autres. Il s’agit d’un pari réussi, selon nous, tant la réalisation est extrêmement réaliste et fascinante. Nous vous recommandons vivement ce film, qui sera disponible dans vos salles de cinéma dès le 26 décembre 2018.

Coplo Pierre et Borges Joachim

Résultat de recherche d'images pour "mia et le lion blanc"

%d blogueurs aiment cette page :