Arras Film Festival 2018 : Il était une fois le « KURSK »

Aujourd’hui, dimanche 4 Novembre, l’Arras Film Festival proposait au public une avant première unique en son genre : KURSK

Inspiré d’une incroyable histoire vraie, le film nous plonge immédiatement dans l’ambiance sombre que fut celle des marins qui tentaient de survivre à bord du navire.

Août 2000, le sous-marin nucléaire russe nommé KURSK, sombre au fond de la mer de Barents suite à l’explosion de l’une de ses torpilles. A bord, vingt-trois marins se battent désespérément pour rester en vie, tandis qu’à terre, les femmes et les enfants commencent a s’inquiéter de la situation de leurs pères et l’absence d’information fiable rend l’attente insupportable.

Ils tentent de lutter, en vain, contre des obstacles politiques qui ne cessent de compromettre l’espoir de sauver les héros coincés dans ce sous-marin, ceux qui étaient venus servir leur pays.

Kursk

S’apercevant que le gouvernement russe ne dispose pas de la technique ni des moyens nécessaires pour récupérer les marins à 90 mètres de profondeur, les familles réclament l’aide internationale.

Le commandant en chef russe de la Flotte du Nord, interprété à merveille par Peter Simonischek, choisit alors, contre son gré d’appeler les Etats-Unis via le Sous-Amiral David Russell (Colin Firth) pour entreprendre un sauvetage des membres enfermés a bord.

Cependant, les jours passent sans que personne au sein du gouvernement ne communique d’informations…  les chances d’arrimage se réduisent fortement.

Un beau spectacle, marqué par la performance unique des acteurs (Matthias Schoenaerts, Léa Seydoux, Colin Firth, August Diehl…) qui interprètent leurs rôles respectifs à la perfection !

Matthias Schoenaerts      Léa Seydoux      Colin firth.jpg      August Diehl.jpg

Le réalisateur, Thomas Vinterberg, parvient à restituer toute la dimension humaine de la tragédie, qui renvoie à ce drame hors norme qui reste marqué dans l’esprit de la population Russe.

Un pur film dramatique qui nous rappelle le monde dans lequel nous vivons, un monde  reflétant la société actuelle et rempli d’obstacles politiques.

KURSK sera dans les salles le 7 Novembre. Il n’attend que vous !

 

Par Alexis Lambalieu.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :