Arras film festival 2018 : A la rencontre de Audrey Roussette

L’Arras film festival, ce sont des films mais aussi des rencontres.
Aujourd’hui, nous avons fait la rencontre de Audrey Roussette qui s’occupe de la restauration au village du festival.

87246933-BFA7-446E-B846-0C831A222D4B.jpeg

Prénom : Audrey 
Nom : Roussette 
Age : 39 ans 
Profession : Maître d’hôtel en restauration 


En quoi consiste votre métier : « Sur du temps de festival, ça consiste à servir les gens au niveau des repas pour les midi et pour le soir pour qu’ils puissent avoir une restauration rapide et éviter de devoir quitter le village, de devoir se restaurer dans les alentours d’Arras »

« Nous sommes une famille, une seule équipe. »   Audrey Roussette.


Quel a été votre parcours : « J’ai commencé à travailler dans le groupe Accord à l’âge de 16 ans comme commis et j’ai monté tout doucement les échelons au niveau de mon parcours professionnel. J’ai travaillé sur la région de Lyon et je suis arrivée ici en 2002. « 

À quoi ressemble votre journée type sur le festival ? : « Alors, la mienne est très longue, je pense que c’est aussi long que ceux qui sont à la régie. J’arrive pour 10h et je pars à la fin de l’after à 2h du matin. Ça fait de grosses journées. »

Quelles sont les qualités nécessaires pour réussir dans votre profession ? « Le sourire, l’écoute, être attentionné envers les clients, essayer de les satisfaire le plus possible et le maître mot de ce métier, c’est la communication. Plus tu instaures un climat de confiance avec le client, plus il va avoir envie de revenir.  » 


Quel aspect de votre métier préférez-vous ? « Les gens, les rencontres que nous faisons. Le festival d’Arras est l’un des festivals où il y a le plus de sympathie que ce soit au niveau des clients, des équipes. Toutes les équipes (régie, journalistes, services) confondues ne forment qu’une équipe. Nous sommes une famille, une même équipe. »

Quel est l’aspect le moins sympa ? « Dans ce métier-là, l’ingratitude des horaires parce que nous travaillons le soir, les weekends. On n’a peut-être pas trop de vie de famille quand nous sommes dans la restauration, d’où l’importance d’avoir une famille de coeur que nous nous créons autour de nous. » 

Par Alexis Lambalieu et Elise Dupont.