Arras Film Festival 2019 : Chanson Douce, un drame sur fond de solitude sociale

Ce dimanche soir, l’Arras Film Festival accueillait Lucie Borleteau et Karin Viard pour la projection en avant-première de « Chanson Douce », un drame inquiétant sur la solitude d’une nounou détruite par la société.

Adapté du roman de Leïla Slimani, prix Goncourt 2016, « Chanson Douce » raconte l’histoire d’un jeune couple avec deux enfants en bas âge. Mère au foyer, Myriam, interprétée par Leïla Bekhti, souhaite reprendre le travail. Elle trouve un emploi en tant qu’avocate. Son mari, Paul, joué par Antoine Reinartz, travaille dans la musique. Ils décident donc d’engager Louise, une nounou, afin de garder leurs enfants, Mila, une petite fille, et Adam, un bébé de quelques mois. Louise se montre très engagée dans ses tâches quotidiennes mais, très vite, ses réactions deviennent étranges…

Une intrigue fidèle au roman

L’intrigue du roman de Leïla Slimani, est, à quelques exceptions, respectée. « Je me suis appropriée le film tout en oubliant le livre. » C’est en allant à la représentation théâtrale qu’elle s’est rendue compte que son adaptation correspondait à celle du roman, y compris parfois dans les dialogues.

« J’aimais la solitude que Louise trimballe », Karin Viard.

Lucie Borleteau a fait le pari de rassembler deux actrices Césarisées : Karin Viard et Leïla Bekthi, qui connaissent bien le cinéma dramatique. Karin Viard s’est sentie très à l’aise avec le rôle d’une femme meurtrie par la société. « J’aime les personnages qui sont plusieurs. J’aimais la solitude que Louise trimballe. La société a fait d’elle un être excessif, voire monstrueux. »

 

Une atmosphère pesante

L’atmosphère pesante met le spectateur mal à l’aise et le tient en haleine du début à la fin. Néanmoins, Lucie Borleteau n’a pas « juste voulu faire un thriller psychologique ». Selon elle, « la tension vient de manière sourde et de l’intérieur. »

Bienveillant au début, sur la défensive à la fin, les avis de Paul et de Myriam divergent sur cette nounou trop envahissante mais utile à leur famille, jusqu’à l’arrivée d’un terrible évènement qui clôture ce film… La tension augmente crescendo, comme dans le roman, et les principaux éléments qui le composent sont présents dans ce drame psychologique.

Découvrez la bande annonce ici:

Flavie Kazmierczak et Thibault Linard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s