Arras Film Festival 2019 : « Les parfums », un film aux mille odeurs

« Fermez les yeux et inspirez tranquillement comme si vous sentiez une fleur », c’est le conseil que donne Anne Walberg à son nouveau chauffeur Guillaume.

1

Anne est un « nez », ou plutôt une créatrice de parfums. Elle crée des fragrances en associant différentes odeurs pour n’en former qu’une. Par exemple, la cannelle mélangée au citron forme l’odeur du coca. Elle met son savoir-faire au service de toutes sortes de sociétés, mais le ras-le-bol se fait sentir. Elle a besoin de remettre le pied à l’étrier, de recréer de grands parfums.

Elle rencontre Guillaume, son nouveau chauffeur au tempérament bien trempé. Il est le seul qu’elle n’a pas encore renvoyé. Les chiens ne font pas les chats, sur ce terrain là, tous les deux  n’ont pas peur de se tenir tête. Père d’une fille de 10 ans et en instance de divorce, Guillaume a absolument besoin de ce job pour avoir la garde de son enfant. Mais voilà, en plus d’être le chauffeur de Mme Walberg, il doit répondre à ses moindres demandes : monter et descendre ses valises, changer les draps de son lit, et même parler à sa place. Un peu psychorigide sur les bords, Anne interdit même à Guillaume de fumer quand il est avec elle. Leur relation est tumultueuse au début, mais petit à petit une complicité se dégage dans un scénario bien ficelé. 

Alors quand Anne perd son « nez », ne sent plus rien, et n’arrive plus à créer, Guillaume devient son bras droit. Lorsqu’elle doit dissimuler l’odeur chimique d’une usine, il la remplace et tente de distinguer quelles odeurs émanent de la fumée. 

Ironie de l’histoire, Guillaume commence même à y prendre du plaisir. Avouez-le on s’est tous déjà retrouvé dans un rayon de supermarché à sentir le parfum des shampoings. Guillaume aussi. 

C’est un duo de haute voltige que propose le réalisateur, Grégory Magne. Il nous fait découvrir une comédie touchante et drôle au travers des personnages joués par Emmanuelle Devos et Grégory Montel. C’est un film sur la place des odeurs dans nos émotions, celles qui nous rappellent notre enfance, comme l’herbe fraîchement tondue. Une seule question reste à se poser lorsque vous sentez un parfum : « Quel est la première image qui vous vient ? ». 

1 copie.jpg

Grégory Magne montre Anne Walberg comme une personne qui n’ose pas, et de ce fait qui n’avance ni dans sa vie personnelle ni dans sa vie professionnelle. Elle est bloquée. Guillaume agit comme l’élément perturbateur, celui qui vient chambouler le cours de l’action et renverser la balance. 

Il est franc, brut de décoffrage et dit clairement ce qu’il pense. Il pousse Anne dans ses retranchements et l’aide à se prendre en main. Mais la transmission ne se fait pas que dans un sens, Guillaume apprend aussi beaucoup d’Anne. Elle le conseil sur sa relation avec sa fille, et lui donne l’envie de se battre pour ce qu’il fait. 

Les Parfums sortira en salle le 25 mars 2020. Si vous n’avez pas eu l’occasion de le découvrir lors du festival, courez-y !

Charlotte Delangle et Lou Surrans 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s