Arras Film Festival 2019 : « Scipion l’Africain » ou la propagande fasciste au cinéma

En 1937, alors que Benito Mussolini règne en maître sur l’Italie, une série de films de propagande fasciste sort dans les salles obscures. « Scipion l’Africain » en devient le symbole.

scipion-africain-large

Scipion, général de la république romaine

Synopsis


Au IIIe siècle av. J.-C, Rome et Carthage s’affrontent pour dominer la Méditerranée. Le carthaginois Hannibal occupant le Sud de l’Italie, Scipion propose au Sénat romain d’aller combattre l’ennemi sur son propre territoire pour mettre fin à l’expansion. Comme prévu, Hannibal est rappelé en Afrique et les deux armées s’affrontent dans la plaine de Zama.

Avec un casting prestigieux pour l’époque rassemblant Annibale Ninchi, Camillo Pilotto, Fosco Giachetti, Francesca Braggiotti et Isa Miranda Scipion l’africain marque les esprits. Le film compte des milliers de figurants, fournis par l’armée et le tournage fut particulièrement long, 350 jours. Ce film de Carmine Gallone est surement l’un des plus célèbres Peplum.

Le film, sorti en 1937 avait eu un maigre succès. La presse avait été obligé de le vanter et certaines séances étaient devenues totalement gratuites. Ce qui est intéressant aujourd’hui, c’est le recul que l’on peut avoir sur ce film et son contexte.

Le film tient à démontrer que, face à la menace assez métaphorique des « barbares » carthaginois et de leurs mercenaires, le réflexe offensif et le ralliement à la figure du chef de guerre charismatique sont nécessaires à la survie et à la grandeur de l’empire fasciste. On se doute qu’en pleine campagne d’invasion de l’Érythrée, le film dut rencontrer un écho tout à fait contemporain auprès des spectateurs.

Le ressenti des spectateurs dans la salle est unanime.

« C’est impressionnant à quel point le cinéma peut être utilisé comme propagande! »


L’effet de propagande est omniprésent. Les grands discours sur la patrie romaine, la mise en scène de l’amour du peuple pour son chef de guerre, les multiples gestuelles de Scipion rappelant celle du « Duce » et les saluts romains, devenus fascistes par la suite, ne font que légitimer le fascisme italien, en le plaçant en continuité directe avec la Rome antique.

Clément Pruvost

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s