Arras Film Festival 2019 : rencontre avec l’équipe du film « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part »

Ce jeudi 14 novembre, l’équipe de Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part est venue présenter le film à la presse et aux festivaliers au village du festival. Les acteurs Jean-Paul Rouve, Elsa Zylberstein et Sarah Adler ainsi que le réalisateur Arnaud Viard étaient présents. Retour sur cette rencontre :

DSC_0019

Le film est l’adaptation cinématographique de nouvelles écrites par Anna Gavalda. Le réalisateur entrecoupe la vie de différent personnage issu de ces nouvelles.

« Anna Gavalda a une manière tellement humaine de parler des êtres : elle les regarde avec beaucoup d’humanité et de sensibilité. » Elsa Zylberstein

Anna Gavalda est une romancière et nouvelliste connu notamment pour Ensemble, c’est tout et évidemment Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part. Le réalisateur est aussi revenu sur sa lecture du livre :

« C’est la première fois où j’avais l’impression qu’on me dévoilait une intimité. » Arnaud Viard

 

L’équipe était d’ailleurs présente lors de la projection jeudi soir pour présenter le film aux spectateurs. Et c’est toujours un événement particulier pour les acteurs, comme pour le réalisateur.

« C’est magnifique de voir la salle pleine. On fait ce métier pour ça : c’est beau, c’est assez pur et toujours très émouvant. » Elsa Zylberstein

« On sent l’énergie d’une salle et ça apporte beaucoup. » Sarah Adler

IMG_0798

Projection du film « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » avec l’équipe

Synopsis

Aurore fête ses 70 ans, entourée de ses quatre enfants. À partir de là, nous les suivons dans les moments clés de leur existence, où un hasard, une rencontre, une méprise peut changer une vie.

« Il y a quatre destins et ces quatre destins sont liés, comme une chanson qui aurait quatre couplets qu’on essayerait de faire rimer. » Arnaud Viard

téléchargement.jpg

Le film est projeté en avant-première à l’Arras Film Festival et sortira le 22 janvier 2020 en salles.

Joshua Krepa