Arras Film Festival 2019 : les films coup de coeur de notre équipe

Depuis le 1er jour, les étudiants de l’association Pôle Com, de l’Epsi Arras et de l’Académie ESJ Lille sont allés à la rencontre des festivaliers de l’Arras Film Festival. En ce jour de clôture, à eux de nous livrer leurs films coup de coeur de cette 20ème édition.

IMG_20191117_130558.jpg

Pour Maxime, l’humour décalé de « Where is Hendrix ? », de Marios Piperides

«  C’est un film sur lequel je suis allé un peu sur un coup de tête. L’histoire d’un musicien à Chypre, dont le chien traverse la zone tampon vers la partie turque. Essayer de faire revenir son chien en Europe lui coûtera beaucoup d’argent et sa dignité… C’est un film très drôle, et qui, à travers l’humour, développe une vraie vision politique ».

Flavie et le monde fantastique de «  La dernière vie de Simon », de Léo Karmann

« J’y suis allée un peu par hasard, sans vraiment connaître l’histoire et j’ai vraiment été surprise ! C’est un film fantastique qui raconte l’histoire d’un orphelin qui découvre qu’il a le pouvoir de se transformer en n’importe qui, une fois qu’il a touché la personne avant. Un don qu’il va mettre à profit pour se trouver une famille… C’est une magnifique histoire. »

Thibault et le film-documentaire « Made in Bangladesh », de  Rubaiyat Hossain

« Ce qui m’a plu dans ce film, c’est le côté documentaire, qui montre la situation d’ouvrières bengalis dans une usine de textile. La réalisatrice, qui vient du Bangladesh, nous permet de voir les coulisses du travail de ces femmes,  et en particulier leur absence totale de droits. Pour essayer de s’en sortir, elles auront recourt au droit du travail, seul moyen de s’émanciper dans une société bangladaise très patriarcale. »

Clément, pour la fresque sociale  « Les Misérables », de Ladj Ly

IMG_20191117_144145.jpg

«  J’ai beaucoup aimé l’engagement politique du film : je l’ai vraiment senti comme un cri de détresse parce que ça raconte l’histoire dans les banlieues parisiennes. Finalement, ça renvoie à une situation générale en France. Je m’attendais à ce que ça soit assez violent, et finalement, j’ai trouvé beaucoup d’amour et de tendresse dans ce film. Ce n’est absolument pas manichéen, tout le monde est critiqué, parce qu’au fond, tout le monde est humain. Le film est très bien fait et concerne tout le monde, même si on n’habite pas en banlieue. »

Pour Joshua, le film « 1900 », de Bernardo Bertolucci, présenté dans le cadre de la rétrospective « L’Italie de Mussolini »

IMG_20191117_144152

« Il doit être le film le plus long, puisqu’il dure 5h20. J’ai beaucoup aimé parce que j’avais l’impression d’assister à un cours d’histoire, du moment où je me suis assis dans la salle, jusqu’à celui où je me suis levé. Un cours d’histoire sur l’Italie, qui débute en 1901, à la mort du compositeur Giuseppe Verdi,  et se termine en 1945, à la libération du pays. Entre anecdotes, faits historiques et jeux d’acteurs incroyables, le film dépeint la montée du fascisme pendant la seconde guerre mondiale. Pour moi, c’est vraiment un classique du cinéma, avec De Niro et Depardieu dans les rôles principaux.  J’ai vraiment adoré. »

Pour Charles et Valentin finalement, impossible de choisir entre  « Un divan à Tunis », de Manele Labidi et « La fille au bracelet », de Stéphane Demoustier

IMG_20191117_144223.jpg

«  Le premier, c’est l’histoire d’une femme, qui, après avoir exercé en France, ouvre son cabinet de psychanalyse à Tunis. C’est très drôle, et ça soulève des questions assez pertinentes sur ce qu’est la société tunisienne aujourd’hui. C’était vraiment un coup de coeur.

Dans ‘‘La fille au bracelet’’, le réalisateur nous raconte l’histoire de Lise, qui est accusée d’avoir assassiné sa meilleure amie, et qui porte depuis deux ans un bracelet électronique. L’actrice est épatante : d’un regard, elle laisse des silences… des silences qui parlent, en fait. On est vraiment plongé au coeur d’un procès. L’histoire est palpitante, le travail des dialogues est énorme, notamment pour les plaidoiries. C’est très prenant. »

Laura Ayad

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s