Arras Film Festival 2021 : J’ai vu De son vivant, d’Emmanuelle Bercot

Présenté au festival de Cannes 2021, ce drame bouleversant raconte la fin de vie d’un homme atteint d’un cancer.

Benjamin, un professeur de théâtre de 39 ans, apprend qu’il est atteint d’un cancer du pancréas stade 4. Joué par Benoît Magimel, le personnage reste sarcastique, voire comique, malgré la triste nouvelle. Sa mère, jouée par Catherine Deneuve, est déboussolée par la mort imminente de son fils. Emmanuelle Bercot retranscrit avec émotion la fin de vie de Benjamin, sa relation avec sa mère, celle qu’il a avec ses élèves, et le service très spécial dans lequel il est admis à l’hôpital.

C’est un film fort, très émouvant. Loin d’être glauque, il retranscrit avec fidélité la réalité du cancer et de ses traitements. Une part importante du film est dédiée au ressenti du personnel soignant. Le Docteur Gabriel Sara, oncologue-hématologue, joue son propre rôle dans le film. Sa manière de pratiquer est particulière : dans son service à New York, des musiciens jouent dans les couloirs pour égayer les couloirs de l’hôpital. La réalisatrice a parfaitement restitué l’importance qu’accorde Dr Sara à la musique dans le traitement des malades. Les spectateurs assistent en effet aux réunions des infirmières, qui se terminent systématiquement par le chant d’un couplet en chœur.

Ce film rend compte de la détresse des malades en fin de vie, ainsi que celle de leur entourage. Passant du couloir d’hôpital à la salle de chimio, les spectateurs ne peuvent qu’être émus face au désarroi des personnages. L’émotion ressentie par les personnages contamine le public au fur et à mesure que l’état de santé du personnage principal se dégrade.

Malgré l’atmosphère solennelle qu’il dégage, Emmanuelle Bercot a confié qu’une bonne ambiance régnait sur le tournage. « Je faisais tout le temps des blagues », révèle Benoît Magimel à la fin de la projection. Tous deux ont enfin tenu à dire que ce film représentait une tribune aux yeux du Docteur Sara, une occasion de montrer un des pans de la maladie et du milieux hospitalier.

A voir en salle le 24 novembre 2021.

Ecrit par Garance CAILLIET.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s