Arras Film Festival 2021 : J’ai vu Nobody has to know, de Bouli Lanners

L’acteur et réalisateur belge signe une comédie dramatique mêlant mensonge, romance et Ecosse.

Sur l’île de Lewis, Phil vit dans une communauté presbytérienne. Un jour, sur le chemin de la plage, il est victime d’un AVC. Cet accident lui causera une amnésie. La sœur de son collègue, Millie, profite de cette perte de mémoire pour lui faire croire qu’avant son accident, ils étaient amants. Le mensonge aura-t-il raison de leur amour ?

Embelli par de spectaculaires paysages écossais, ce film illustre la vie rendue complexe par la maladie, les conflits fraternels, ainsi que la tendresse des premiers amours. Pour sa première réalisation en anglais, Bouli Lanners joue son personnage principal. Celui-ci est montré sans artifices, couvert de tatouages, sans aucune retouche. Il contraste avec sa partenaire jouée par Michelle Fairley, surnommée « la reine des glaces » dans le film, du fait de sa froideur et de son apparence corsetée.

Après la projection, le réalisateur confie que la volonté de faire ce film est née de son amour pour l’Ecosse, pour l’atmosphère qu’il y règne et pour la musique. Ces passions sont parfaitement restituées à l’écran, créant ainsi un mélange de poésie, de verdure, et de mélancolie. D’un bout à l’autre, le public est captivé par les paysages et la douceur donnée aux personnages, qui tentent tant bien que mal de s’adapter à la fatalité.

Un film à retrouver en salle le 26 février 2022.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s