Arras Film Festival 2021 : J’ai vu « La brigade »

La cinquième soirée du festival aura marqué les esprits. En effet, les spectateurs ont pu assister à l’avant-première mondiale du film « la Brigade » en présence de son réalisateur, Louis-Julien Petit, et d’une partie de son équipe, constituée entre autres, d’Audrey Lamy, de François Cluzet, de Yannick Kalombo, Alpha Barry et d’Amadou, reçus sous les applaudissements.

L’émotion était palpable pour la grande découverte qu’a été le film.

«  Ce sont des films qui marquent, qui parlent de problématiques très importantes mais qui sont toujours traitées avec beaucoup d’humour, d’humanité et d’amour et c’est là la force de ce grand réalisateur » L’actrice Audrey Lamy au réalisateur Louis-Julien Petit.

Louis-Julien Petit, Audrey Lamy et François Cluzet pendant les interviews du mercredi 10 novembre à l’Arras Film Festival. (photos prises par Sophie Groch)

« La brigade » nous présente l’histoire de Cathy Marie, grande cuisinière qui rêve d’ouvrir son propre restaurant. Seulement, il semblerait que la vie en ait décidé autrement. À presque 40 ans, Cathy Marie se trouve contrainte d’accepter le seul emploi qui lui est proposé : cantinière dans un foyer pour jeunes immigrés. Cela n’est-il qu’un contre-temps pour réaliser son rêve ou bien une nouvelle porte ouvrant sur d’autres horizons qu’elle ne soupçonnait même pas ?

Fascinant est l’un des nombreux termes dont l’on peut user pour qualifier ce film. Cette manière de mêler deux mondes, la cuisine, vive, rigoureuse et exigeante avec le souci de l’immigration, incertain, fastidieux, ces deux univers que l’on n’aurait sans doute jamais imaginé relier, a de quoi capter l’attention du spectateur.

Avec agilité, le réalisateur nous montre les règles sévères de l’immigration telles qu’elles sont réellement. Les examens tels que les radiographies pour preuve de la majorité mais aussi l’administration pesante, tout ce chemin que ceux à la recherche d’une terre d’accueil doivent parcourir, chemin que nous avons du mal à imaginer.

Se faisant, le film met également en lumière la motivation des principaux intéressés, des immigrés du foyer, contre-disant de manière singulière les préjugés sur ce sujet toujours d’actualité.

Touchant chacun d’un manière qui lui est propre, « La brigade » permet à l’ensemble de ses spectateurs de s’identifier, que ce soit aux personnages, aux situations comme la musique en cuisine ou encore l’expérience de la madeleine de Proust, expérience que nous avons tous vécue au moins une fois.

Immersion totale au coeur de la vie d’une femme habituée au travail dans des restaurants de luxe qui doit ici se réhabituer aux conditions modestes d’un foyer. Le bouleversement que provoque l’évolution progressive du personnage de Cathy Marie est tout à fait submergeant.

Du rapport hiérarchique et tendu aux relations entre éducateurs et immigrés, les liens qui unissent les personnages entre eux changent tout au long du film et les rend d’autant plus attachants.

Indépendamment de la problématique des migrants, le thème de la cuisine comme porte d’avenir ouverte à tous mais aussi comme porte de secours pour ceux qui se sentent égarés dans un monde si compliqué, est vraiment une idée des plus surprenantes qui, après ce premier effet, apporte son lot de joies et d’espoirs.

En parallèle de l’évolution de Cathy Marie en tant que personne et en tant que cuisinière, c’est toute l’équipe de jeunes du foyer, toute sa « brigade », que l’on voit progresser, que ce soit dans la maîtrise de la langue française, dans leur investissement à la cuisine, à bien faire, à s’adapter au pays qu’ils espèrent être un espoir pour l’avenir…

Unique en son genre, ce long-métrage est donc un véritable lot d’émotions et d’enrichissements pour ceux qui ont le plaisir de le voir et d’en partager le message.

« X », ainsi, sera la croix que nous vous recommandons de faire à côté du titre de « La brigade à découvrir absolument en salle, dès le 23 mars 2022.

« Un réel coup de coeur, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que je recommande ce film ! »,

Sandrine, festivalière de l’Arras Film Festival 2021.

Eva CAROUL


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s