Arras Film Festival 2022 : J’ai vu 16 ans

Le lundi 7 novembre, je me suis rendue au Casino d’Arras afin d’assister à l’avant-première du film 16 ans, réalisé par Philippe Liorret. Celui-ci a également réalisé Je vais bien, ne t’en fais pas ! ou encore Welcome.

Affiche du film

Synopsis

Léo et Nora se rencontrent le jour de la rentrée des classes, en seconde. Un regard a suffit pour les lier. Le frère de Nora, manutentionnaire dans le supermarché voisin est accusé de vol et est viré sur le champ. Le directeur de ce magasin n’est autre que le père de Léo. Les deux familles s’affrontent, les différences s’exacerbent, notamment sur le plan culturel. Le chaos s’installe et les vies de ces deux jeunes s’embrasent, tout en tentant de concrétiser leur histoire d’amour naissante.

Bande annonce du film

Messages qui ressortent du film

Le film permet d’aborder des sujets modernes qui touchent notre société actuelle. C’est en prenant deux jeunes issus de milieux et de cultures différentes que le producteur a pu peindre une histoire qui pourrait arriver à n’importe qui. En effet, la question de la stigmatisation des minorités est abordée, avec notamment le frère de Nora qui est viré sans preuve, uniquement sur des critères physiques et discriminants. C’est également à travers la diversité culturelle que l’histoire d’amour naît, avec un garçon d’un milieu aisé, et une jeune fille issue de la banlieue. Ces différences ne vont pas les empêcher de se retrouver, avec malheureusement un affront perpétuel entre les deux familles.

Mon ressenti après avoir vu le film

C’est un film qui m’a littéralement bouleversée. Cette histoire moderne à souhait m’a permis de me rendre compte que cette histoire peut être réelle. Je suis persuadée que certains d’entre nous peuvent même se reconnaître dans celle-ci. Les thèmes abordés, qui ne sont pas faciles à mettre en scène, ont parsemé le film, et peuvent en faire réfléchir plus d’un. J’ai trouvé que l’histoire de Léo et Nora était très touchante, avec ces deux jeunes qui essaient de vivre leur histoire, et leurs familles qui tentent de les éloigner. J’ai notamment pu me reconnaître dans cette histoire, ayant vécu des moments similaires dans ma vie, notamment avec la question des différences culturelles, question qui n’est pas facile à concilier pour certains.

Louise De Cillia, Bachelor InfoComm


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s